1 – je consomme local et équitable

Dans des lieux de vente directe de proximité : marchés, épiceries paysannes, amap….
Aliments produits, cultivés ou pêchés localement : le plus près du lieu où je les achète.
Aliments issus du commerce équitable quand ils sont produits loin : café, chocolat, thé…

Pourquoi ?

  • Pour apporter à mon organisme des aliments de qualité, frais, riches en nutriment et sans additifs.
  • Pour assurer aux petits producteurs une plus juste rémunération au nord comme au sud.
  • Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre liés aux transport.

geste-01

2 – j’achète de saison et bio

Fruits et légumes de saison, poissons de saison, produits labellisés bio.

Pourquoi ?

  • Pour préserver le naturel de mes aliments et leur fraîcheur.
  • Pour soutenir des modes production durables.
  • Pour maintenir l’équilibre des écosystèmes et limiter le pollution chimique de la planète.

geste-02

3 – je diversifie mes repas

Produits issus d’espèces et de races d’animaux diverses, rustiques.
Fruits et légumes de variétés anciennes.
Produits issus de petites exploitation.
Produits bruts frais que je transforme moi même en cuisinant.

Pourquoi ?

  • Pour répondre aux différents besoins de mon organisme.
  • Pour offrir des débouchés directs aux petits producteurs, garants de notre patrimoine alimentaire.
  • Pour favoriser la biodiversité sauvage et agricole.

geste-03

4 – j’ajuste mes apports en protéine animale

Pas plus de 4 repas avec de la viande par semaine.
2 repas avec du poisson par semaine mais pas plus.
Pas de poisson dont l’espèce est en danger (grenadier, thon rouge de méditerranée..).
Plats végétariens le reste de temps.

Pourquoi ?

  • Pour privilégier la qualité plus que la quantité et parce que je n’ai pas besoin de plus.
  • Pour ne pas encourager les pays riches à s’accaparer les ressources mondiales (poissons, sols, eau…).

geste-04

5 –  je gaspille moins

Quantités adaptées à mes besoins : quand j’achète et quand je cuisine.
Attention aux dates de péremption et aux procédés de conservation.
Optimiser restes (cuisine) et déchets (composts).
Produits les moins emballés.

Pourquoi ?

  • Pour faire des économies et ne plus m’exposer à la nocivité de certains emballages.
  • Pour un meilleur partage des ressources alimentaires.
  • Pour limiter la production intensive ainsi que les pollution liées aux traitements des déchets.

palais-fete-2015-17

6 – je décrypte les étiquettes

Pas de produits à l’étiquetage flou (matière grasse hydrogénée, light…).
Idéalement produits labellisés.
Aliments issus de productions responsables que je repère en discutant avec les producteurs.

Pourquoi ?

  • Pour manger en connaissance de cause.
  • Pour utiliser mon pouvoir de consommateur, celui d’influer sur le marché, sur les pratiques de production.
  • Pour éviter la récupération marketing de la cause environnementale et promouvoir des filières de production vraiment responsable.